Trio

Sudio 4-13

"Avec l’intelligente complicité du jeune et talentueux pianiste Bastien Brison et du contrebassiste Christophe Lincontang, Sangoma Everett demeure fidèle à la tradition du trio jazz en conciliant l’émotion dans l’instant, l’énergie et le sens de la forme."

Bastien Brison, piano

Christophe Lincontang, basse

Sangoma Everett, batterie

 C’est une belle histoire de jazz triangulaire, une rencontre emplie de musicalité, d’humanité. Sous l’arbitrage sans faille du contrebassiste Christophe Lincontang, l’expérience et l’élégance du batteur américain
Sangoma Everett (Dizzie Gillepsie, Clifford Jordan, Kirk Lightsey, Consuela & Bill Lee, Steve Grossman, La Velle et tant d’autres…) y croisent le brio, l’inventivité et le touché sentimental du pianiste Bastien Brison.

Sangoma Everett est établi en France depuis 1979. De clubs en festivals, il parcourt sans relâche la planète (l’Europe, l’Afrique, l’Inde, l’Indonésie, le Japon, les Emirats arabes unis… ) en compagnie de Mal Waldron, Barney Wilen, Joe Lee Wilson,Tommy Flanagan, Alain Jean-Marie, Steve Lacy, Andrea Pozza, Clark Terry, Linda Hopkins, Memphis Slim, Jimmy Smith, Randy Weston, Majid Bekkas, Francois Lindermann, Maurice Vander, Eddy Louiss, Mike Stern ou Buster Williams. Au fil de cette carrière de sideman international, le désir de former son propre trio s’est peu à peu imposé à ce musicien américain devenu citoyen du monde. Sangoma y voit en effet la possibilité de se concentrer enfin sur l’écriture et l’enregistrement de compositions originales.

Le batteur est un musicologue à la curiosité insatiable. Il profiteainsi de ses nombreux voyages pour écouter, collecter et enregistrer des musiques locales, des rythmes nouveaux. Il s’est constitué une véritable banque sonore de rythmes traditionnels, ce qu’il appelle sa « boîte à trésors ». Or ce qui caractérise ce Sangoma Everett Trio, c’est justement sa méthode de composition autour du rythme.

Sangoma, Bastien et Christophe ont développé une technique qui leur permet de partir des tempi, syncopes et métriques gnawas, hindouistes, indonésiens ou arabes dénichés dans la fameuse « boîte à trésors » du batteur. C’est sur cette base, sur ces flux percussifs issus du monde entier qu’ils développent leurs thèmes originaux.

 

Alors que les compères donnent en 2013 un concert au Péristyle de l’Opéra de Lyon, Pierre Nahon, un philanthrope passionné de musique, tombe sous le charme particulier du trio. Il décide sur le champ de devenir leur producteur, et le groupe peut ainsi investir cet été les Studios La Buissonne (Andy Emler MégaOctet, Manu Katché, Lucky Peterson, Ahmad Jamal, Mulatu Astatské, Stéphane Belmondo, Roberto Negro,...) pour enregistrer dix compositions principalement signées Bastien Brison et Sangoma Everett. " J’ai composé « Where are out friends " avec le contrebassiste Thibaud Soulas, « Ma Byrd » et « Lani » avec Bastien (Brison), et un morceau intitulé « Debi » en hommage au joueur de sarod indien Deviprasad Gosh », précise le batteur.

Le combo franco-américain a choisi de glisser dans le répertoire de ce premier opus deux reprises référentielles : le saisissant « Moon Alley » de Tom Harrell, traité ici sur une manière de tango mutant, et la ballade nostalgique « Out of the past » signée de Benny Golson.

Pour enrichir un swing naturel déjà sidérant, le combo a également invité lors des sessions de La Buissonne la percussionniste, chanteuse et danseuse Sabrina Romero. Elle mêle le son du cajon espagnol à celui des fûts du Virginien.

Sangoma : « Ce trio possède quelque chose de vraiment spécial en live, et dès notre premier concert, c’est ce qui m’a motivé pour enregistrer le projet ». Particulièrement fier de la rythmique du trio, le batteur ajoute : « Christophe (Lincontang) possède un son si particulier (l’intro de « Remembering ». Ndlr), et il démontre une honnêteté incroyable dans sa façon de jouer ! ».

De fait, Christophe Lincontang jouit depuis quelques lunes déjà du respect de la scène jazz française. Le contrebassiste a enregistré avec La Velle en 2011. Depuis, il accompagne la chanteuse et pianiste sur toutes les scènes d’Europe.

Quant au pianiste Bastien Brison (24 ans à peine !), on ne cesse depuis trois ou quatre ans d’observer, de reconnaître son ascension implacable. Natif de Roanne, le pianiste intègre le CNR de Chalon/Saône. Il découvre là ses premières émotions en trio. Son jeu charrie alors les influences de quelques maîtres : Bill Charlap, Kenny Barron, Mulgrew Miller, Hank Jones, Keith Jarrett ou Ahmad Jamal. Sur ce cosmos musical tutélaire, il fonde rapidement son propre style, moderniste, poétique et toujours surprenant. Outre le Sangoma Everett Trio, on le remarque notamment aujourd’hui au sein du quartet Uptake (il y expose un jeu plus électrique, au Fender Rhodes), vainqueur du RéZZo Focal Jazz de Jazz à Vienne puis du Tremplin Jazz de La Défense au cours de l’été 2014, lauréat des tremplins Un Doua de Jazz et JAZZ(s)RA en 2013.

De « Where are out friends » qui ouvre l’opus sur une merveilleuse mélodie d’organdi, quasi pop, à « Debi » et « Frida » qui le ferment presque dans une douce mélancolie (c’est en fait «Brooklyn » qui conclut l’album sous un beau soleil new-yorkais), en passant par ce « Moon Alley » revisité sur une métrique inédite
ou le printanier « Ritournelle » et son tempo de locomotive, le Sangoma Everett Trio expose une cohésion, une intemporalité et une inventivité à couper le souffle… Sinon à le suspendre.

 ROBERT LAPASSADE. SEPTEMBRE 2014

www.facebook.com/sangomaeverett

www.bastienbrison.com

Ecoutez l'extrait

Sangoma Everett Trio

Bastien Brison, piano
Christophe Lincontang, bass
Sangoma Everett, drums

Le batteur américain Sangoma Everett a joué avec les plus grands (Dizzie Gilllespie, Clifford Jordan, Archie Shepp, Barry Harris, Brandfort Marsalis, Dee Bridgewater, Kirk Lightsey, Claude Nougaro ...) Il fait preuve, à la batterie, d'une dextérité, d'une flamme et d'un plaisir de jouer qui sont nécessaires pour inspirer à la fois le groupe et ses auditeurs.

Sound: F. Mallet , N.Delestre / Production: Yves Dugas

Partager